En montgolfière, quelques trucs à savoir…

charente-maritime montgolfiere

La montgolfière est un loisir sur lequel on peut se poser quelques questions :

Combien de temps dure un vol ?

Le jour du vol, comptez environ trois à quatre heures entre le temps de préparation, le vol, le rangement du matériel et le retour sur le site de décollage. Le temps du vol, c’est-à-dire du décollage à l’atterrissage, sera d’environ une heure (de 45 min à 1h15).

Peut-on voler toute l’année ?

Oui, mais les vols en montgolfière s’effectuent dans une atmosphère stable et avec des conditions météorologiques clémentes. En règle générale, les vols de début mars à fin octobre sont réalisés au lever et au coucher du soleil pour respecter les conditions citées ci-dessus. Les vols d’hiver peuvent s’effectuer toute la journée. Chaque saison révèle son charme et il est donc possible d’être plus léger que l’air toute l’année.

A quelle hauteur va-t-on voler ?

L’altitude de vol peut-être variable selon les conditions météorologiques et les secteurs aéronautiques. Pour vous donner un ordre d’idée, cela peut varier entre 200 à 1500 mètres d’altitude.

Peut-on avoir le vertige?

Nous ne sommes pas sensibles à la sensation de vertige en montgolfière car nous ne sommes pas rattachés au sol, nous flottons dans les airs c’est ce qui nous libère de l’éventuelle peur du vide. Les premiers instants de vol sont toujours impressionnants mais reste synonymes de magie et d’émerveillement.

Lors d’un baptême, où volerons-nous ?

Les vols se déroulent au dessus du pays de Saintonge, en Charente-Maritime. Deux sites de décollage sont possibles. le premier est l’aérodrome de Saintes/Thénac, à coté de la base militaire de Paban, et le second est le château de Panloy qui se situe sur la commune de Port d’Envaux (15 min. de Saintes). Concernant le site d’atterrissage, il sera choisi par le pilote en fin de vol car la montgolfière et ses passagers voyagent au gré des vents…

Quelle température fait-il pendant le vol ?

La température pendant le vol est pratiquement la même qu’au sol, le peu de degrés Celsius perdu avec l’altitude est compensé par le rayonnement des brûleurs au dessus de nos têtes.

Il n’y a pas de vent à bord (car nous volons avec lui et à la même vitesse).

Conseil pratique : pour les vols du matin et les vols en hiver, des chaussures imperméables sont recommandées pour affronter la rosée qui se trouve sur le terrain de décollage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *